Soirée de remise du Prix du Livre Orange 2018

Une très belle soirée pour la remise du prix Orange 2018 (10ème édition) ! Nous avons eu la joie en tant que jury de remettre le prix à Joachim Schnerf pour son roman si émouvant et plein d’humour “Cette nuit”.

Un grand merci à Erik Orsenna, Christine Albanel, Françoise Fernandes, Françoise Cosson, Dominique Sudre, Catherine, Pauline Peigné et tous les autres jurés pour cette merveilleuse aventure !

#Zulma @editionszulma @jschnerf #JoachimSchnerf #prixlittetaire #PrixOrangeduLivre #FondationOrange #ErikOrsenna @librairielinstant @livresselitteraire @shao69 @virginie_vertigo @PatrickPerrot @sam_etlespious #FrancoisHenriDeserable #KaoutherAdimi #JeanMarieBlasdeRobles #LouisPhilippeDalembert #PhilippeDuval @heloisegoy #christinealbanel

Soirée de remise du Grand Prix du Livre Elle 2018

Très belle soirée pour la remise du Prix Elle avec de beaux lauréats :

– “La salle de bal” d’Anna Hope aux éditions Gallimard

– “Les passeurs de livres de Daraya” de Delphine Minoui aux Éditions Seuil

– “Les chemins de la haine” d’Eva Dolan aux éditions Liana-Lévy

Et pour le prix dès lycéennes “Et Soudain la liberté” de Caroline Laurent aux Éditions Les Escales.

Bravo à tous les auteurs qui nous ont tous fait vibrer

Un grand merci a l’équipe Elle pour cette aventure incroyable et pour cette si belle soirée !!

Le cas singulier de Benjamin T

Catherine Rolland
Editions Les Escales

Est-ce que la maladie exclut ?

C’est ce que Benjamin Teillac est en droit de se demander alors que sa vie bascule. Il est épileptique, ses crises surviennent de plus en plus fréquemment, et il devient difficile de la cacher. Jusque-là seuls son meilleur ami, David, et son ex-femme, Sylvie, sont au courant, mais jusque quand cette dernière va conserver le secret ? Après quinze de vie commune, Sylvie lui a préféré son propre patron Haestler. Benjamin craint pour son emploi. Officiellement sa maladie ne peut lui permettre d’exercer son métier d’ambulancier, et Haestler semble vouloir s’en défaire par tous les moyens.

C’est alors que sa neurologue lui propose un nouveau traitement, seule solution qui lui reste pour continuer son métier qu’il aime tant. Après de nombreuses hésitations, Benjamin finit par accepter cette option qui va lui réserver bien des surprises à commencer par l’ouverture vers un monde parallèle. Benjamin devient un personnage de la résistance en 1944.

Avec une belle écriture, très entraînante, Catherine Rolland évoque les affres de l’épilepsie et ses conséquences, mais aussi la force de l’amitié. Elle aborde avec légèreté et talent les questions de cette maladie. Elle associe tour à tour le réel et le rêve et nous démontre la force de résistance du cerveau malgré les nombreuses possibilités de sombrer. A chaque crise Benjamin s’évade en 1944 et devient ce personnage de la résistance. Une seconde vie qui semble tellement vraie que l’on peut se demander s’il l’a vraiment vécu.

Un roman très original qu’on lit avec beaucoup de plaisir !

Une très belle découverte que je vous recommande vivement !

Faire Mouche

Vincent Almendros
Editions Minuit

 

Laurent Malèvre se rend à reculons dans son village natal à Saint-Fourneau, pour le mariage de sa cousine Lucie, avec son amie Claire qui doit se présenter comme étant sa fiancé enceinte Constance. Le lieu est sinistre et les relations familiales tendues. Sa cousine est une des raisons de son départ il y a des années, son oncle avec qui il garde une relation proche est atteint d’un cancer du poumon, sa mère avec qui il n’a plus de relation, perd la tête. La rumeur lui attribue l’empoisonnement de son mari tout comme les tentatives sur son fils à qui elle donnait à boire de l’eau de javel quand il était enfant.
Une écriture concise, une construction minimaliste et un décor sinistre pour nous plonger dans la partie obscure de ce récit taillé à la perfection. Vincent Almendros nous transporte dans une ambiance de non-dits où tout se devine entre les lignes tout en laissant la part belle à l’effet de surprise.
Un joli coup de cœur que je recommande !      

 

Manger l’autre

Ananda Devi
Grasset

Un nouveau-né de 10 kilos tel un bouddha plein de chairs et de plis. Une mère épuisée, usée qui ne trouve d’autres issues que la fuite. Un père plein d’admiration devant cette petite qui a selon lui mangé sa sœur jumelle in utéro.
Voilà comment démarre dans la vie cet enfant poussé par un père à se montrer, être fière d’elle, mais pourtant jetée en pâture à la cruauté des enfants de son âge. Adolescente, elle est surnommée « la couenne » et exhibée comme sujet de moquerie sur les réseaux sociaux. Elle ne représente rien d’autre et d’ailleurs n’a pas de nom dans tout le récit.
Elle est le sacrifice de tous dans cette société de surconsommation, du culte du physique, du voyeurisme « Je suis l’agneau d’Abraham. Le sacrifice humain des Aztèques. Le rat responsable de la peste. La nuit de la malédiction s’abattant sur le monde ». Et donc, pour elle un seul refuge encore et toujours la nourriture. Son obésité s’accroît ne laissant plus de place à rien ou peut être à l’amour ?
Une écriture belle, fluide, puissante qui nous emporte. Une fable savamment menée pour exprimer les tabous du corps, les affres d’une société où tout est excès. Cela dérange, interpelle non sans humour.
On savoure le mordant d’Anandi Devi pour nous faire réagir face au monde actuel et ses dérives
C’est brillant ! A découvrir !